Welcome to Evently

Lorem ipsum proin gravida nibh vel veali quetean sollic lorem quis bibendum nibh vel velit.

Evently

Stay Connected & Follow us

Simply enter your keyword and we will help you find what you need.

What are you looking for?

  /  Chloé Mons

Chloé Mons

Biographie : 

Chloé Mons, née le 8 décembre 1972 à Lille, grandit avec un frère rockeur et rêve de devenir comédienne. Elle intègre le Conservatoire d’Art Dramatique de Lille, obtient une maîtrise de cinéma et poursuit sa formation artistique à Paris, de castings en castings. 

En 1997, le réalisateur Jacques Audiard lui donne un rôle dans le clip de la chanson La nuit je mens d’Alain Bashung. Chloé Mons débute ainsi sa carrière au cinéma où elle décroche des petits rôles; Rien à faire (1999), L’art (délicat) de la séduction (2001), Sur mes lèvres (2001), La Mentale (2002), ou encore Le coût de la vie (2003).

Elle se marie avec Alain Bashung en 2001 et ils enregistrent alors Le Cantique des cantiques, un E.P paru le 5 novembre 2002 chez Dernière bande. En 2006, elle publie son premier album solo intitulé Chienne d’un seul. Le 14 mars 2009, Alain Bashung meurt à l’âge de 61 ans, des suites d’un cancer, Chloé Mons sort en juin de cette même année son deuxième album, Par la rivière, qu’elle écrit et compose. Elle continue de se consacrer à la musique et publie Walking (2011), Soon (2012) et Alectrona (2014). 

Elle publie, le 2 mars 2012, aux éditions Fetjaine, Let Go, un récit qui raconte, sous forme de journal intime, les dernières heures d’Alain Bashung, disparu en 2009. 

Son dernier album, Hôtel de l’univers, auquel participe plusieurs artistes dont Jean-Louis Murat.

Let go – Résumé de l’éditeur :

La dernière semaine de l’homme que j’aime.
La semaine qui suit la mort de l’homme que j’aime.
La vie sans lui. Et la vie qui recommence.
Plus qu’un livre, c’est un geste. Une pulsion.
Raconter le grand passage de l’être aimé,
l’accompagner jusqu’au bout du chemin et guetter
les traces de sa vie dans la vie de celle qui reste.
L’empreinte de l’amour dans le réel,
le fer rouge sur ma peau.
Regarder la mort bien en face, l’étreindre,
la saluer chaleureusement puis repartir dans la vie.
Absolument. Irrépressiblement.
C’est aussi graver dans le marbre une histoire
d’amour et puisqu’elle a aussi le visage de la mort ;
lui donner sa forme réelle. Une vanité,
un crâne d’ivoire aux yeux de rubis. La beauté
qui dure au-delà de notre temps.
Rester au plus proche du vrai, des émotions,
des sensations, des gestes faits ce jour-là.
Un journal de bord et la vérité intime toute nue,
l’amour pour unique guide.
Pour rester en vie. 

Website